Anthropologie numérique

Si l’anthropologie a été considérée autrefois comme la science des sociétés primitives au regard de l’occident dit civilisé, elle s’élargie aujourd’hui et se forge d’interpréter des vastes chantiers des pratiques sociales et culturelles de l’être humain.

L’anthropologie, l’observatoire de la culture

Les résultats du premier contact de Lewis Morgan avec les Iroquois avaient conduit à  la découverte de la fameuse méthodologie de l’observation participante, qui ont fait comprendre au scientifique, qu’au profane, qu’il est indispensable d’observer les cultures de l’autrui sans porter des jugements d’avance.  L’anthropologie évolue et tente toujours d’interpréter les nouvelles pistes sur les rapports, les pratiques et les interactions entre l’homme et son environnement ; tant physique, numérique et spirituelle. De nombreuses publications scientifiques ont été réalisées dans ce tracée pour ne citer que la découverte du système de parenté, de la religion, de  l’économie et politique. En général, ces recherches ont été réalisées soit dans le mode physique, soit le monde spirituel de l’au-delà.

L’homme et le numérique font un

Au début de cette ère numérique, l’homme est de plus en plus connecté aux appareils digitaux. Cela devient une habitude, une dépendance qui influence la vie quotidienne.  En ville qu’à la campagne, à l’église ou qu’au marché, en occident ou qu’en Afrique, l’informatique s’use dans toutes les circonstances ; comme les téléphones, les ordinateurs, les tablettes et autres. Ce progrès de la nouvelle technologie de l’information et de la communication est déjà observé comme un élément intégrant de la société et que le pouvoir de l’internet grandis de jour en jour. Selon le classement mondial, les Etats-Unis d’Amérique sont les plus branchés sur le réseau à travers les Smartphones et tablettes connectés en permanence sur le cyberespace. Pourtant, la sécurité des utilisateurs est menacée. La société humaine est confrontée à des problèmes d’usage et d’éthique,  car il existe des bons et des mauvaises utilisations de l’internet et de l’ordinateur. Les outils et appareils fonctionnent automatiquement grâce à une programmation algorithmique, mais ceux sont les utilisateurs et programmeurs qui dévient l’objectif final de chaque application.  

Le Cyberespace et l’anonymat, des nouveaux sujets de l’anthropologie

Le cyberespace est un nouveau terrain vierge qui intéresse la science sociale car il a tant bousculé la vie quotidienne des individus. Par exemple, l’utilisation de la téléphone à accélérer le travail vers à un gain de temps, l’utilisation de l’ordinateur facilite toutes conceptions et travail de calcul. Alors cette interaction des appareils numériques, des logiciels et les programmeurs avec les utilisateurs intéressent les chercheurs. D’autre part, il existe une communauté, généralement anonyme, qui profite de la vulnérabilité des utilisateurs et pirates ces appareils. La majorité des recherches se penchent actuellement à résoudre le problème des cotés obscures de l’internet en s’efforçant de reliée les profils anonymes, habitudes et autres avec les pratiques cybercriminelles. Comment les utilisateurs utilisent l’internet pour s’exprimer et pratiquer leurs activités dans le cyberespace ? ».

Legend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *